Wiki Dead by Daylight

FRDbD 770 PhotoSensWarning
Quotes left Nous enquêtons sur un problème dans le jeu qui provoque de rares lumières stroboscopiques/clignotantes, et nous nous efforçons de le résoudre dès que possible. En attendant, nous désactivons Le FarceurIconHelpLoading tricksterIconHelpLoading tricksterIconHelpLoading trickster.
Nous recommandons aux joueurs qui souffrent d'épilepsie ou qui ont déjà eu des crises d'épilepsie de consulter leur médecin avant de jouer.
Nous demandons à tous ceux qui rencontrent ces problèmes de contacter notre équipe d'assistance aux joueurs pour nous aider à les résoudre.
Quotes right
~ Les Développeurs

EN SAVOIR PLUS

Wiki Dead by Daylight
Advertisement
Tome7 Forsaken Banner
IconHelp archivesLog
IconHelp archivesCollection
Quotes left Combien nous avons lutté pour nous cacher des ténèbres derrière le rideau de la civilisation. Combien nous avons lutté pour protéger la lumière de la civilisation avec nos lois, nos drapeaux et nos armes de destruction massive. Mais finalement, le rideau tombe et les ténèbres reviennent, pour tous nous étouffer. Quotes right
~ L'Observateur, Narration de la bande-annonce du Tome 7 - Abandonné

Tome 7 - Abandonné est le septième TomeIconHelp archivesCollectionIconHelp archivesCollectionIconHelp archivesCollection sorti dans Dead by DaylightIconHelp DBDlogoIconHelp DBDlogoIconHelp DBDlogo et s'est ouvert le 5 mai 2021. Il a été accompagné par la Faille 7.

Aperçu[]

Le Tome a ajouté de nouvelles Histoires pour les Personnages suivants:

Personnage Entrée d'Histoire
Bill OverbeckSurvivorBillSurvivorBillSurvivorBill Le Long Retour
Souvenirs: William 'Bill' Overbeck
L'ÉpidémieIconHelpLoading plagueIconHelpLoading plagueIconHelpLoading plague La Vierge Gardienne
Souvenirs: Adiris
L'ObservateurIconHelp archivesGeneralIconHelp archivesGeneralIconHelp archivesGeneral Universum Alveus
Journaux, Histoire et Notes

Il contient également des défis basés sur les personnages pour les personnages suivants :

Souvenirs et Journaux[]

Bill Overbeck: Le Long Retour[]

Souvenir 776[]

Overbeck sort de sa maison en chancelant, un sac en toile à la main, essayant de se remettre des dernières heures de sa vie. Tout est flou, rien n’a de sens, et dans ses veines coule toujours ce subtil cocktail d’anesthésiants et d’adrénaline. Il est de retour en pleine Guerre du Vietnam. Une minute on s’endort vers le pays merveilleux des rêves, la suivante on se retrouve à combattre le chirurgien dans un semi-cauchemar étrange et brumeux. Il se souvient d’avoir vu l’infirmière tressaillir, être prise de convulsions, et changer. Elle était devenue quelque chose d’incompréhensible, et qu’il ne comprend toujours pas vraiment. Il se souvient d’avoir eu le sentiment que quelque chose ne tournait pas rond. Vraiment pas rond. Il se souvient de ses tripes se tordant, bouillonnant, d'avoir combattu le poids de ses paupières, essayant de son mieux de les conserver ouvertes tandis que l’enfer s’ouvrait autour de lui. Il se souvient d’être tombé au sol avec l’infirmière, entraînant le plateau, les scalpels et tous les autres instruments. Il voulait dormir, uniquement dormir, mais il ordonna à ses yeux de rester ouverts et repéra une seringue qui avait roulé sur le sol antiseptique. Il se souvient d’avoir tendu le bras, attrapé la seringue et de se l’être plantée en plein cœur. Ou bien était-ce dans le bras ? Ou peut-être les deux ? Il ne s’en souvient plus. Ça n’a plus d’importance. Tout ce qui importe, c’est qu’il ait réussi à sortir vivant de cet enfer. Il secoue sa tête engourdie et titube jusqu’à une barricade bloquant une ruelle. Il progresse dans la ville en flammes pour atteindre le marché. La majorité de la ville est en ruines. Des gaz et fumées se répandent dans les rues. L’air est vicié par une odeur de civilisation qui se consume. D’humanité en feu. Il reconnaît cette odeur. Elle le ramène vers des endroits qu’il aurait préféré oublier. Les sirènes d’urgences se font entendre sans interruption, couvrant les cris des infectés. Des flammes jaillissent des ruines et des barricades, et font de Philly une terre brûlante et désolée de mort et de destruction. Il avait lu des articles au sujet de la fameuse grippe verte. Elle ne datait que de quelques jours et elle semblait déjà nous ramener à l’Âge de pierre. C’est pire que le Vietnam. Vraiment pire. Philly est livrée au chaos et envahie par les infectés. C’était bien plus qu’une simple grippe. Sans blague. Des dizaines de théories du complot et maintenant, tout ça n’a plus d’importance. Ça n’a simplement plus aucune importance. Tout ce qui compte, c’est de survivre. J’ai déjà connu ça. De nombreuses fois. Il entend quelqu’un proférer un juron et repère une jeune femme repoussant une horde d’infectés à coups de râteau à l’entrée du marché. Impressionnant. À l'attaque, soldat ! J'espère que ça ne vous dérange pas que je me joigne à vous. Ils tailladent tous les infectés jusqu’à ce qu’il ne reste que de la chair et du sang. Il la fixe. Elle s’approche de lui. Pas mal pour un vieux. Je m’appelle Zoey, je suis la dernière femme sur Terre. En fait, probablement pas, mais c’est ce que je ressens. Elle rit et essuie des morceaux de chair putride sur son bras. Elle lui rappelle une gamine qu’il avait connue au Vietnam. Un sourire franc, et très amusante... très intense... tout comme elle.

Souvenir 777[]

Bonjour ! Il y a quelqu’un !? J’ai besoin d’un coup de main ! Bill entend l’appel à l’aide malgré les grognements d’agonie des infectés. Il repère une cage au beau milieu du chaos, encerclée par les infectés. Il saisit son fusil et tire, faisant exploser les têtes d’infectés comme des pastèques. Accompagné de Zoey, il approche de la cage dans laquelle se trouve un homme couvert de sang. Tomber de Charybde en... cage. Il rit tout seul de sa blague. Comment vous êtes-vous retrouvé dans cette merde ? L’homme soupire. Arrêtez de jacasser et sortez-moi d’ici. Zoey regarde autour d’elle. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Son instinct ne la trompe que rarement. Bill a le même sentiment de nœud à l’estomac. L’homme secoue la cage. Sortez-moi d’ici avant qu’ils ne reviennent ! Bill lève la culasse de son fusil et fait sauter le verrou dans un grand bruit métallique. Joyeux Noël, gamin. L’homme a un sourire suffisant. Je l’aime bien, celle-là, papi, et je ne suis pas un gamin. Appelez-moi Francis. Il sort de la cage en répétant... Joyeux Noël... Joyeux fichu Noël... Bill crache sur le corps d’un infecté sur les gravas. C’est ma phrase, ça. Trouvez la vôtre. Le sourire de Francis s’élargit. Il n’y a pas de droits sur une phrase comme celle-là. Bill sait ce qu’il fait. Ils sont un genre de meute, et ce n’est pas une question de phrase. La question, c’est de savoir qui commande. C’est culotté, pour un civil. La vérité, c’est que personne ne commande vraiment dans ce bordel ambiant, et qu’on doit tous diriger, d’une façon ou d’une autre, et qu’il est trop stupide pour le comprendre. Il devrait le briser dès maintenant, avant que les choses ne tournent mal. Le corriger. Il se rapproche de l’homme. Zoey soupire. Les gars... Ce n’est qu’une stupide phrase. Un clic se fait entendre derrière eux et Bill sent qu’ils sont faits. Ils se retournent et font face à trois hommes, dont les armes sont pointées sur eux. Tomber de cage en... Scylla. Francis soupire. Merde... Des Canadiens. Bill les regarde. Un groupe d’hommes en combinaisons de protection faites maison et armés de fusil. On n’est pas Canadiens. Allez, bougez ! Bill regarde Zoey et Francis et parle à voix basse. Ce sont des survivalistes. Francis fait la grimace. Alors, ça veut dire... qu’ils sont pires que des Canadiens ? Bill ignore quoi répondre à ça. Il a combattu aux côtés de Canadiens. De sacrés bons soldats. C’est quoi le problème avec les Canadiens ? Francis hausse les épaules. Avec eux, il y en a toujours un, de problème.

Souvenir 778[]

Un imbécile pousse Bill dans une salle, à l'aide d'une sorte de lance-taser faite maison. Attention avec ce truc CEDA ! L'imbécile le pousse. On n'est pas du CEDA. Il pousse Bill dans un coin avec Francis et Zoey. Il voit qu'ils ont un geek qui s'affaire sur un ordinateur. Ils lui disent de pirater la machine, mais il leur répond qu'il en est incapable. Il s'y connait en informatique, mais il n'est pas un hacker. Après quelques essais, ils le poussent sur le côté. Ils l'appellent gamin. Il dit que son nom c'est Louis, pas gamin, et tout ce qu'il récolte, c'est un flingue pointé sur le visage. Le geek a du cran et du caractère. Les survivalistes parlent entre eux. L'un d'entre eux s'assoit devant l'ordinateur portable et réussit à pirater ce qu'ils voulaient. Bill entend des bribes de leur conversation. Ils cherchent l'emplacement des abris dans l'ordinateur. La grippe s'est propagée plus rapidement que prévu. Ceux qui ont préparé les abris ont été infectés avant de pouvoir les utiliser. Ces enfoirés sont en train de tracer une route dans la ville pour utiliser les abris comme points de passage comme l'ancien chemin de fer clandestin. Parfait pour Philadelphie. Ils ont probablement des centaines d'idées sur la façon dont ils vont nous utiliser. L'un d'eux saisit Zoey et a sa petite idée. Bill s'interpose malgré ses liens. Ne la touchez pas avec vos sales pattes. La brute se rapproche d'elle et elle lui donne un coup de pied qu'il n'oubliera jamais. Bill ne pensait pas que quelqu'un puisse crier comme ça. Il regarde Zoey avec de grands yeux remplis d'approbation. La brute continue à crier quelque chose de terrible et tombe à genoux en se tenant les bijoux de famille. Son compagnon se rue à son aide. Il aide l'homme à genoux mais... il semble différent... vraiment différent... Il y a quelque chose dans ses yeux. Ou plutôt quelque chose qui manque dans ses yeux. Merde. Louis saute par-derrière sur l'homme, comme la faim sur le pauvre monde. Francis panique. Sors-nous de là. Louis attrape un couteau au sol et libère Bill tandis que le survivaliste devient blanc comme un linge. Les hurlements et les cris résonnent autour d'eux tandis que Bill libère Zoey et que Louis fait de même avec Francis. Ils font un pas en arrière. Zoey a le souffle coupé. Qu'allons-nous faire ? Bill soupire et hausse les épaules. Il n'y a plus rien à faire pour eux. Un infecté charge soudainement en direction de Zoey. Francis lui fracasse la tête. Joyeux Noël ! Il regarde Bill, en quête d'une réaction. Bill secoue la tête et ne semble pas impressionné. Trouve une autre phrase, gamin, si tu as assez de cervelle pour y arriver. Francis ricane. Louis ajuste sa cravate. Francis fait une grimace et donne un coup de coude à Louis. Laisse tomber cette cravate... Cette fichue cravate. Louis l'ignore. Zoey fait signe aux garçons de la fermer et de la suivre. Trouvons une île où on pourra pourrir et se battre à propos de cravates. Bill lève un sourcil d'un air inspiré. J'adore ce plan. En fait, il aime surtout l'idée de pourrir sur une île pendant que le monde sombre dans le chaos. Le gamin a raison ! Attrapons quelques trucs et fichons le camp d'ici !

Souvenir 779[]

Bill mène l’équipe bigarrée, comme il l’appelle, au travers d’une ville qu’il ne reconnaît plus. C’est fou la vitesse à laquelle la grippe a tout changé. Le changement. Voilà bien le truc qui ne l’a jamais surpris. La constante dans sa vie. Le changement et la survie sont la nouvelle norme. Mais cette nouvelle normalité... demande de trouver ses marques. Ce n’est pas comme si les gens allaient s’entredéchirer, s’excuser, puis redevenir amis. Il scrute l’obscurité et repasse les dernières heures de sa vie dans son esprit. Il n’avait rien attrapé. Ils n’avaient rien attrapé alors que ça aurait dû être le cas. Puis la réponse lui apparut soudainement... ils étaient immunisés... ou plutôt asymptomatiques. Des bombes à retardement attendant simplement de propager la grippe encore davantage. Je leur ai apporté la grippe. Pauvres types. Louis accélère derrière Bill. Qu’est-ce qu’on fait, papa ? Bill fait une grimace. Ne m’appelle pas papa. L’ancien ou le vieux, mais pas papa. Bill continue d’avancer. Je vais te le dire, « ce qu’on fait »... On se trouve un abri et on s'y repose. Mais pas avant que tu aies envoyé un direct à Francis en plein visage pour ses discours dignes d’une bouche d’égout. Bill rigole. Je rigole, gamin, mais je vois bien que toutes ces blagues de cravate t’agacent profondément. Ne le laisse pas t’atteindre. C’est sa façon de surmonter toute cette merde. J’ai connu des gars comme lui au Vietnam. Ils ont tellement peur de mourir qu’ils tentent de se changer les idées en taquinant les autres. Mais ce qui m’agace profondément, c’est qu’il m’a volé ma phrase-choc. Louis rigole. Bill ne trouve pas ça très amusant. Je sais, je sais... l’imitation est la forme la plus sincère d’admiration. Mais un civil qui utilise ma phrase-choc. Pour moi, c’est pas normal.

Souvenir 780[]

Les abris sont abandonnés, mais ça reste des caches débordant de provisions. Cette saleté de grippe a frappé rapidement et n'a pas fait de prisonniers. Contrairement à Zoey qui croit que le gouvernement en a encore quelque chose à faire, Bill soupire et doute que les évacuations aient toujours lieu. Le monde a sombré dans le chaos et le gouvernement s'en fiche mais ne le dit pas. La dernière chose à faire serait de leur enlever cet espoir alors qu'ils rampent dans les intestins de la ville en ruine. Il préférait de loin l'autre idée de Zoey, à savoir trouver une île déserte sur laquelle aller pourrir. C'était une bonne idée. S'il faut pourrir quelque part, une île, n'importe quelle île, ce n'est vraiment pas une mauvaise idée. Surtout si on y trouve des noix de coco. Mais si elle préfère compter sur le gouvernement... c'est son choix. Ce n'est pas lui qui anéantira ses espoirs. Même s'il connait suffisamment le gouvernement pour savoir qu'ils ne méritent pas qu'on pense à eux, et encore moins que l’on compte sur eux. Mais il ne dira rien, pour une civile qui croit encore au système... un système qui ne fonctionnait déjà plus, bien longtemps avant l'arrivée de la grippe. De plus, tandis qu'elle place ses espoirs dans le gouvernement, il trouvera une solution. Comme toujours. Il a le respect de Zoey. Il doit y en avoir d'autres comme nous... certaines zones doivent être protégées... en quarantaine. Toutes les villes ne peuvent pas être comme ça. Bill réprime un commentaire cynique. Il y a quelque chose en Zoey qu'il respecte également. Elle lui rappelle quelqu'un qu'il connaissait bien. Quelqu'un qu'il avait été. Quelqu'un qui avait toutes sortes d'idées et d'idéaux avant de comprendre la véritable nature des gouvernements... de l'humanité... C'est sympa de voir qu'elle est comme ça. Vraiment sympa. Il espère que ça durera et que cet enfer ne détruira pas ses idéaux. Un vent puissant souffle et gémit, apportant une odeur bien trop familière... celle de la pourriture... celle de la crasse... l'odeur de la mort. Les infectés. Des dizaines. Peut-être même des centaines. Bill réagit par instinct. Aux aguets ! Armes chargées ! Avant qu'il ne puisse dire un mot de plus, les infectés sont sur eux. Des coups de feu se font entendre dans la ville morte. Les crânes s'ouvrent comme des melons trop mûrs, et les corps inertes d'infectés sont éparpillés autour d'eux. L'un d'eux sort de l'ombre et fonce sur Bill. Sans hésitation, Francis lui explose le crâne puis se tourne vers lui. Joyeux Noël ! Bill soupire profondément. Ce jeune crétin m'a sauvé la vie, et maintenant il essaie de faire le malin. Il envoie à Francis un regard sévère et fatigué. Très bien, Papa Noël, c'est ta phrase, maintenant ferme-la et tire ! Bill jure dans sa barbe et continue de tirer sur les obscures silhouettes qui foncent sur eux dans le crépuscule orange vif. Bon sang, ça m'avait manqué.

Vidéo[]

Cette vidéo est débloquée après avoir complété tout les Défis de Maître avec ces Souvenirs.

Adiris: La Vierge Gardienne[]

Souvenir 4097[]

Puisse ta voix atteindre l'au-delà ; puisse ta voix atteindre l'au-delà ; puisse ta voix... Adiris répétait cette phrase jusqu'à ne former qu'un seul mot, bredouillé en harmonie avec les autres émissaires de la foi. Puiss-ta-voa-teindr-lo-delà... Puiss-ta-voa-teindr-lo-delà... Treize femmes formaient un cercle autour d'un autel de pierre. Le chant d'Adiris faiblit peu à peu, sa gorge à vif comme seule indication de sa contribution. Chaque énonciation prolongeait son agonie. Elle avait presque oublié l'homme nu qui se tortillait, attaché à plat ventre sur l'autel à l'aide de lanières de cuir.

Haban le grand prêtre leva la main. Adiris, tout comme les autres émissaires, se tut et inclina la tête. Elle se répéta : Chéris la douleur, un sacrifice pour le Capricorne, le dieu de l'eau et de la création. Les émissaires se dispersent et Adiris marche lentement vers l'homme sur l'autel. Des larmes s'écoulent de ses yeux injectés de sang. Elle veut le réconforter, l'assurer que les dieux l'aiment, et même le relever de l'autel, loin de la douleur à venir. Elle lui sourit comme si elle souriait à un enfant. Si seulement tu pouvais comprendre l'importance de ton sacrifice, tu rirais de bonheur. Tendrement, elle l'embrasse sur le front.

Puisse ta voix atteindre l'au-delà.

Souvenir 4098[]

L'invocateur approche : un homme ridé de petite taille, enfoui sous une cape écarlate, non... blanche mais couverte de sang. Adiris incline la tête et se joint aux murmures autour d'elle. Puisses-tu nager dans la mer et les étoiles. L'invocateur se tient au-dessus de l'homme attaché sur l'autel. Il hoche la tête, retrousse une manche, dévoile une lance qu'il tient dans sa main, lève l'arme et la plante ! La pointe transperce le bas du dos de l'homme attaché. Il se cambre et hurle, tremble, se convulse, le bas du corps immobile, sa vessie se vidant sur l'autel. L'invocateur appuie sa jambe sur la dalle de pierre et enfonce davantage la lance jusqu'à entendre un terrible claquement. Est-ce un cri... un hurlement... une supplique ? C'est bien plus que ça... c'est quelque chose d'indescriptible. Une vertèbre émerge de la plaie béante. Du sang s'en échappe.

De la bile remonte dans la gorge d'Adiris qui se retourne pour tenter de contenir ses haut-le-cœur. Les autres émissaires regardent en l'air. Loué soit-il ! Gloire aux dieux ! Aucun bruit ne peut couvrir les cris de l'homme. Sa voix atteindra forcément l'au-delà. Adiris se reprend et récite le texte sacré dans sa tête : Nul ne doit douter des plans des dieux, car ils connaissent la beauté que l'œil humain ne peut percevoir. Nul ne doit douter des plans des dieux, car ils connaissent...

Fie-toi à eux, Adiris, fie-toi à eux ! Elle se soumet à sa foi, se joignant aux autres en célébration, avant de remarquer Haban. Il se couvre le visage, mais trop tard et elle le voit : une larme coule sur son visage. Un visage qui a l'air... dévasté.

Souvenir 4099[]

Adiris arrose l'autel et se met à le frotter. Un cercle rouge, tourbillonnant, brillant... comme le soleil le jour où elle avait été abandonnée aux portes du temple. La chaleur étouffante, les pas douloureux dans le sable brûlant. Sa mère et son père... un souvenir manquant, vague, remplacé par... Haban. Une foule de grands prêtres imposants, et lui seul lui adresse un regard chaleureux. Elle pleure et il la relève, ôtant sa capuche. Dans la cour, il la laisse toucher les statues des dieux... Rishan, le gardien des étoiles ; Ortares, la sentinelle du désert ; Atil-Alara, la mère de l'humanité... des divinités qui veillent sur elle et la protègent. Haban devient son professeur. Son père. Il lui parle de leur religion : fondée par des exilés qui considéraient la foi des autres comme corrompues par la politique. Ils fournirent une nouvelle approche de la vie après la mort, unifiant tous les dieux sous le grand créateur, le Capricorne.

Guidée par ses enseignements, elle trouve sa place dans la servitude, réconfortée de savoir que la douleur est amour. Elle frémit en reliant la compassion à un sacrifice sanglant, mais elle s'efforce constamment de surmonter ses doutes. Malgré cela, au fil des ans, tandis que sa foi grandit, Haban change, mais d'une manière différente. Elle voit un certain abattement dans sa démarche. Elle entend sa voix s'éteindre quand il lit les textes sacrés. Autrefois stimulé par les sacrifices généreux aux dieux, il est désormais angoissé.

Quelle obscurité pourrait donc éteindre le soleil du désert ?

Souvenir 4100[]

Adiris s'assoit dans la cour, Haban est assis face à elle. Ses yeux fixent un plateau de jeu entre eux. Elle lance un dé en bois, déplace un jeton noir sur les cases du plateau, atterrit sur une pièce de Haban, et la met de côté. Haban ne réagit pas. Adiris le regarde avec une douce expression d'inquiétude. Un sacrifice joyeux ce matin, n'est-ce pas ? Les dieux se réjouissent. Loués soient-ils. Haban réagit à peine. Mhmm... Loués soient-ils. Une brise fraîche, le gazouillis des oiseaux, invisibles. Haban semble analyser la cour. Ne voyant pas d'autres occupants, il fixe Adiris droit dans les yeux. C'était un homme bon. Un ami. Et le monde est plus sombre sans...

Adiris se demande si c'est une épreuve. Elle sait ce qu'elle doit dire et elle l'interrompt avec la phrase qui lui a été répétée des milliers de fois auparavant : Cela a été ordonné par les dieux ; il nage désormais dans le sillage du Capricorne. Haban dirige son attention sur le plateau de jeu, retire le jeton d'Adiris et place le sien au bout. On dirait que j'ai gagné... comme les dieux le voulaient. Adiris repousse sa chaise en arrière, en désaccord. Haban retire le plateau de la table. Je dois réécrire les règles de l'Ur. Je dois y inclure des décrets, le châtiment, le vol et le sacrifice. Et si quelqu'un s'y oppose, je dois prêcher ces paroles capitales : cela a été ordonné par le Capricorne sanglant et ses dieux maudits. Adiris secoue la tête, le choc de mots qu'elle n'aurait jamais imaginé entendre résonne douloureusement dans ses pensées. Blasphème ! Les profonds cernes sous les yeux de Haban semblent gonfler. Oui, c'est souvent ainsi avec la vérité.

Souvenir 4101[]

Le jour de la vertu approche, une cérémonie mensuelle visant à purifier la congrégation de terribles péchés. Une cloche sonne. Adiris et le reste de la foule du temple s'agenouillent. Son front touche la pierre froide. Elle jette un coup d'œil, voit la vierge gardienne arriver, fendant la foule, guidée par la foi à la recherche des pécheurs. Elle attend, compte les égratignures par terre jusqu'à... un cri. Une femme supplie avant de tousser, s'étouffant. Adiris lève les yeux, observant comment une plébéienne se fait traîner hors du temple par la gorge. Elle remarque à peine deux pieds marron olive face à elle. Lève-toi. Lève-toi ! Adiris se tasse sous le regard de la vierge et remarque les relents de dattes mûres émanant de sa bouche ouverte. Sous les yeux du Capricorne, parle du mal dont tu as été témoin. Livre-nous les voleurs, les adultères et les blasphémateurs, pour que nous puissions les éliminer. Ses épaules se tendent. Adiris voit le visage de Haban, le visage de l'homme qui l'a élevée. Elle entend sa voix douce... et la voix agitée d'un blasphémateur. Sa poitrine se noue sous l'indécision, se resserrant toujours plus.

Je n'ai vu aucun mal. Par les dieux, mes yeux sont purs. La vierge examine Adiris. Les secondes s'écoulent, toujours plus lentement, s'étirant jusqu'aux limites de la réalité, jusqu'à ce que... la vierge hoche la tête. Puisses-tu nager dans la mer et les étoiles. Elle se retourne, et Adiris invoque chaque parcelle de force pour s'empêcher de flancher.

Souvenir 4102[]

Adiris balaie la poussière du sol de l'autel. Des bruits de pas pressés approchant résonnent sur la pierre. Elle se retourne pour voir le doux visage de Haban se crisper. Il la fait taire. Ma fille, maudis l'homme que j'ai été. Je t'ai accueilli enfant et je t'ai imprégnée de notions de jugement divin et de châtiment. À présent, je te vois lutter, alors que ces pensées sont sur le point de s'enraciner. Je t'en supplie, rejette mes enseignements et vois le sang versé dans ce temple. Aucun nettoyage n'est capable de purifier les horreurs perpétrées ici.

La doctrine submerge son esprit : la volonté des dieux est la loi. Nul homme ne peut douter du divin. Quiconque affronte la marée devra mourir. Mais elle se surprend elle-même en gardant le silence, et Haban profite de l'occasion. Je suis vieux et j'ai gâché cette vie, mais je ne peux me résoudre à détruire la tienne. Retrouve-moi à la tombée de la nuit d'ici deux semaines, et nous échapperons aux griffes de la duperie. Si tu as des doutes, je te prie de consulter tes dieux. Ma fille, puisse leur silence être ta réponse.

Souvenir 4103[]

Malgré les battements de son cœur, Adiris ressent un vide là où il devrait se tenir, un vide qui déverse de l'acide sur son estomac. Les genoux contusionnés, elle prie les dieux, implorant et hurlant en silence pour obtenir une réponse. En vain. Le vent reste calme. Elle est seule, entourée par la pierre, toisée par les statues de dieux insensibles. De la poussière flotte dans l'air, se pose sur sa peau, plus réelle que tout ce en quoi elle a jamais cru. Toute une vie vouée à la foi, sa sécurité, qui s'effondre. Elle se sent déséquilibrée, l'unique certitude dans son esprit étant de devoir quitter ces lieux. Elle se relève, tourne le dos au temple, quand soudain...

Un murmure !

Le gazouillis étouffé dans sa tête est obscur, des mots inarticulés prononcés par une langue fourchue. Mais elle le sent, elle comprend une vérité remarquable : elle ne sera jamais seule. Jamais.

Souvenir 4104[]

La honte submerge Adiris tandis qu'elle se retire dans sa chambre. Elle a osé douter des dieux. Entre leurs murmures chaotiques : la douleur, la colère, la soif de sang. EXPIE ! Elle enlève sa robe, s'empare du fouet, un fouet grossier doté de pointes de bronze et d'épines. EXPIE ! Elle frappe de toutes ses forces. Les pointes lui percent le dos, arrachant la chair à chaque coup. Serrant les dents, elle hurle, maintenant le bruit au fond de sa gorge pour que personne ne puisse l'entendre. EXPIE ! Elle frappe à nouveau, des gouttelettes de sang giclent par terre. Des spasmes de douleur, tandis que la chair se déchire, au bout de fils pâles. Elle se prépare et frappe à nouveau, encore et encore... jusqu'à ce qu'une flaque pourpre se forme. EXPIE ! Combien de sang faut-il ? Son corps hurle d'agonie. Elle songe à lâcher le fouet, fuir ces murs, mais elle se souvient de la doctrine enseignée par Haban : la souffrance est le cœur de l'amour. Elle resserre sa prise et frappe à nouveau.

Souvenir 4105[]

De la sueur suinte des pores d'Adiris sur ses draps. Elle s'arrache d'épaisses croûtes en se retournant. Dans un immense effort, elle lève la tête, regardant en direction du bruit derrière elle. Haban. Il s'agenouille à ses côtés, un tissu humide en main. Elle est trop faible pour parler, mais le murmure le fait à sa place, chuchotant, communiquant un sentiment précipité dans son esprit. BLASPHÉMATEUR ! Il lave le sang de son dos, approchant sa bouche de son oreille. Est-ce l'œuvre de la vierge gardienne ? Qu'est-ce que leur foi aveugle a apporté ?

Elle s'éveille et perd conscience tour à tour, tandis que le blasphémateur lui prend la main. Je n'ai pas été à ta hauteur, ma fille. Mais plus jamais. Sois forte et bientôt, nous nous échapperons.

Souvenir 4106[]

Bien que les mouvements d'Adiris soient douloureux, elle regarde le ciel, remerciant les dieux pour leur aide. Leur murmure subsiste, au loin, se dissipant, mais qui toujours impose et influence. Elle ouvre son cœur, laisse le murmure s'emparer de son corps. Elle se dirige vers la chambre de la vierge gardienne et prend un uniforme, sûre que personne ne découvrira son infraction, sachant que les dieux sont de son côté. Un encensoir au doux parfum est sur une table, l'appelant avec force. Elle laisse ses mains agir à leur guise, remplissant l'encensoir d'huile et de charbons ardents. Elle ne remet pas en question la volonté des dieux, sachant que tous les fils doivent être tissés et qu'un jour la tapisserie sera terminée. Crois en eux, Adiris !

Elle marche au clair de lune. La tombée de la nuit. De la fumée danse autour de son corps. Pieds nus, elle avance le long d'un chemin de pierre jusqu'à l'entrée du temple. Tandis qu'elle regarde à l'intérieur, elle aperçoit au travers des ombres la mince silhouette tremblante du grand prêtre Haban, le mentor, le père, le blasphémateur.

Puisse sa voix atteindre l'au-delà.

Vidéo[]

Cette vidéo est débloquée après avoir complété tout les Défis de Maître avec ces Souvenirs.

L'Observateur: Universum Alveus[]

Arcus 03[]

J'ai passé la journée entière à réaliser des tâches inutiles, banales, comme balayer le plancher, faire la poussière sur les statues et les meubles, ainsi que polir l'argenterie, tout ça pour avoir l'esprit occupé. J'imagine qu'une fois que je réussirai à faire fonctionner l'Oris, je pourrai me distraire avec ce qui semble être une brume noire onirique. Vers la fin de journée, j'ai bricolé l'Oris, et lorsque la frustration s'est fait sentir, j'ai travaillé sur des équations et des théories mathématiques tout en parlant seul et en ouvrant un débat stimulant au sujet de ce que je considère être un point de vue important. L'une des leçons que j'ai apprises de ceux enfermés dans les limites d'un Ancien est de rigoureusement tenir un carnet de notes, de lectures et d'idées afin de ne pas laisser les piliers de l'intellect s'effondrer sous le poids de la fainéantise, de l'aliénation et de l'ennui. Réfléchir et s'exprimer sont des compétences, et elles peuvent se détériorer rapidement si elles ne sont pas pratiquées régulièrement.

Arcus 04[]

Des histoires et des journaux sont éparpillés un peu partout. Il y a tellement à lire... et pourtant je me sens attiré vers les écrits et traductions de ce créateur inconnu que j'appelle le Concepteur fou. Des journaux remplis de dessins étranges et de réflexions sur des gens que j'imagine pris dans une autre partie de cette dimension vivante. Des gens juxtaposés avec d'autres mondes et lignes temporelles de Terra et dont rien n'explique l'identité ou la provenance. Les notes et illustrations sont ridicules, absurdes et parfois contradictoires, cependant elles apportent dans ma vie un sentiment de légèreté qui réconforte l'âme. Je suppose que c'est une forme de fuite absurde vers laquelle je me tourne lorsque je ne lis pas d'histoires plus classiques. Curieusement, j'ai trouvé dix-sept versions d'une histoire avec un tueur du nom d'Evan, écrite par dix-sept versions du même auteur de l'omnivers. Dix-sept histoires similaires avec des différences parfois subtiles, parfois importantes. Ce que je trouve particulièrement intéressant, c'est la façon dont les histoires sont rédigées comme un roman dans certains cas, et comme un documentaire dans d'autres. Ça me rappelle l'Universus Alveo... une théorie qui suggère que l'esprit humain pourrait être équipé d'un puissant mécanisme de mise en réseau qui permettrait d'atteindre d'autres mondes pour y trouver sagesse et connaissance auprès de nos autres « moi ». Certains peuvent utiliser leur esprit à cette fin, d'autres pas. La théorie suggère que ceux ayant vécu un traumatisme dans leur jeunesse se détachent de la réalité, leur permettant d'explorer d'autres mondes et réalités avec une relative facilité. Les artistes tels que les magiciens et les chamanes entrevoient des bribes du gigantesque rêve infini et inexplicable qu'est l'omnivers et ils rapportent ces idées ou aperçus afin de divertir, inspirer ou éclairer le monde. Roman dans un monde, documentaire dans un autre. Tout est réel, ou rien ne l'est. Et ici, dans la Chambre du sang, les histoires d'horreur en tous genres sont innombrables. Il y en a tellement qu'il semblerait que l'un de ces prisonniers inconnus collectait ces histoires afin d'en savoir plus sur leur détention, sur l'Entité et sur les terribles cris provenant des abysses environnants. Vrai ou faux, je n'en sais rien, mais ce que je sais, c'est que j'ai passé la nuit entière à lire mes histoires favorites à voix haute, comme mon père avait l'habitude de le faire au coin du feu. Et pendant tout ce temps, je n'ai pas pu m'empêcher de me poser la question... Comment ? Comment qui que ce soit aurait pu accéder à une telle collection de notes, de journaux et d'histoires et les rassembler ? Je n'ai pas de réponse dans l'immédiat, mais au vu de la texture et de la densité du brouillard, je suspecte que nous nous trouvons dans un endroit aussi mystérieux, complexe et incompris qu'un trou noir. Un trou noir qui serait vivant et absorberait tout. Le serpent de l'infini qui se mord la queue, qui s'avale lui-même tandis qu'il plonge dans la soupe cosmique de Fibonacci qui fait que la vie est incompréhensible.

Arcus 8282[]

Des dizaines de tête coupées dans l'antre et je ne sais pas vraiment comment elles sont arrivées là. Je les ai contemplées toute la journée. J'en ai reconnu certaines qui provenaient des derniers souvenirs que j'avais explorés. Ça m'a pris toute la nuit, mais j'ai créé un cairn avec les têtes à l'extérieur. Une fois que j'ai terminé, elles ont commencé à parler, à se disputer et à se quereller les unes avec les autres sur des sujets plus que prosaïques. J'ai fermé les yeux aussi fort que possible jusqu'à ce que le silence revienne. Lorsque j'ai rouvert les yeux, les têtes avaient disparu. Je suis ensuite retourné à intérieur et me suis retiré dans la Chambre du sang où je lis les histoires à voix haute, puis je me suis mis à lire au sujet des absurdes créations du Concepteur fou.

Chambre du sang. Le meurtre le plus brutal de l'histoire de Sunny Lake.[]

Une jeune femme est jugée pour meurtre au premier degré du fait de la décapitation de sa belle-mère dont les restes calcinés ont été trouvés dans des bocaux disposés dans le solarium de la suspecte, tandis que sa tête a été découverte broyée dans un mixeur cassé, au beau milieu de la cuisine. Samara Dwenlis, 33 ans, est accusée de meurtre au premier degré du fait de l'homicide de Kirsty Hartz, 67 ans, en juin 2037. Le procès a débuté jeudi. Les procureurs indiquent qu'ils ne plaideront pas la folie, malgré l'appel à la police passé par la suspecte, qui affirmait que sa belle-mère était un vampire. L'appel passé aux forces de l'ordre décrit une ancienne conspiration avec des vampires qui vivraient parmi nous et tireraient leurs pouvoirs d'une autre dimension.

Obscura. Au-delà de la compréhension.[]

La tour est vivante. J'ai des souvenirs de ce qu'était la tour la nuit précédente, mais le lendemain elle a changé. La tour change d'une façon qui défie la logique, la raison, ou tout ce que l'on pensait savoir sur l'ontologie des Anciens. Il est tout à fait possible que la compréhension complète de cet endroit vous fasse sombrer dans la folie. J'ai ouvert la porte que je croyais mener vers une salle vide et couverte de poussière, mais j'ai découvert une ville entière avec des gratte-ciel et d'anciennes pagodes. Perplexe, j'ai contemplé les ruines d'une rue dans laquelle un groupe d'adolescents découpait à l'aide d'épées de samouraïs affilées, d'énormes créatures mutantes semblables à des scarabées. J'ai rapidement refermé la porte et l'ai rouverte, mais la ville avait disparu. Totalement disparu. Il n'y avait rien ici qu'une petite pièce poussiéreuse avec une araignée étrange qui rampait vers moi. J'ai écrasé l'araignée sous le talon de ma botte et n'ai même pas cherché à comprendre ce qui venait de se passer.

Chambre du sang. Messagère de l’enfer. Sous les ruines. 1.[]

Stephan buvait son café turc en relisant ses vains efforts matinaux pour écrire une histoire courte à partager sur son blog. En parcourant les premières lignes, il décida qu'elles devraient avoir plus d'impact. Avec un soupir, il arracha la page jaune du carnet, la roula en boule et la lança sur une pile grandissante de faux départs au beau milieu de l'opulente chambre d'hôtel noire et bourgogne. Il frappa du poing sur la table, frustré de ne pas réussir à trouver quelque chose de drôle et d'original pour son blog, mais rien ne lui vint. Le dernier épisode, financé par leur mystérieux bienfaiteur, avait poussé son équipe de production à mener l'enquête dans d'anciennes tombes au sud-ouest de la Turquie. Mais sans lui. Avec son neveu et sa nièce, qui avaient les nerfs plus solides face au macabre.

Stefan préférait largement le confort d'une belle chambre d'hôtel dans laquelle il pouvait s'attaquer au minibar et superviser la logistique de l'émission. Ce n'était pas qu'il n'aimait pas l'aventure. C'était plutôt qu'il n'appréciait pas les caveaux, les tombes et les lieux sombres, glauques et dangereux. Haddie lui avait autrefois suggéré d'écrire des histoires d'horreur dans le cadre d'une thérapie pour affronter ses peurs et ses inquiétudes liées à l'inconnu. Elle avait à moitié raison. L'autre moitié était simplement qu'il préférait la solitude, entouré de tous les personnages et voix qui parlaient dans sa tête, des voix qui demandaient à être entendues et mises sur papier.

Désormais, les voix lui ordonnaient d'écrire une histoire de vampire. Leur bienfaiteur avait indiqué qu'un village de l'ancienne Anatolie avait abrité de véritables vampires, à l'écart du reste du monde. Selon les informations fournies, les vampires n'étaient pas des monstres imaginaires, mais des créatures intra-dimensionnelles ayant autrefois tenté de prendre le contrôle du monde. Ils avaient été vaincus par un groupe inconnu de guerriers mystiques. On ne sait comment, les quelques créatures qui avaient survécu avaient réussi à effacer leur présence des livres d'histoire et à transformer les quelques souvenirs restants en mythes et légendes exagérées.

Stefan trouva cette théorie de mythes et légendes liée à des mondes parallèles intéressante, et même intrigante.

Les vampires. Réels.

Pour de vrai. Réels.

Rien à voir avec ceux des films, mais bien réels.

L'une des théories qu'il venait de lire sur Internet suggérait que tout ce qui avait été créé ou imaginé existait dans un lieu appelé « Le jardin de l'infini ». En d'autres mots, les histoires et personnages provenaient d'un lieu réel dans le paysage infini de l'omnivers.

La théorie suggérait que les artistes avaient, d'une certaine façon, ouvert leur troisième œil et étaient capables de voir d'autres réalités. Une idée, une vision ou un rêve, selon cette théorie, représentait la glande pinéale permettant de contempler l'infini et d'y chercher vérité, sagesse et inspiration. Le cerveau devenait dans ce cas un ordinateur quantique permettant d'accéder au réseau de l'infini. C'était une jolie idée. Cela signifiait que les personnages de ses romans favoris... étaient en quelques sortes... quelque part... réels. Un cognement soudain à la porte le fit sursauter et le tira de ses réflexions quantiques.

« M. Roi... Votre déjeuner est servi. »

Déjà l'heure du déjeuner, et Stefan n'avait toujours pas son histoire. En peignoir, il se leva paresseusement, espérant que Jordan et Haddie ont eu plus de chance pour trouver les tombes enfouies que lui de l'inspiration. Il imaginait que sa nièce et son neveu profitaient du soleil en filmant les ruines et appréciaient les sandwiches au beurre de cacahuète et banane qu'il leur avait préparés.

Chambre du sang. Messagère de l’enfer. Sous les ruines. 2.[]

« Écartez-vous du cercueil ! » Une femme d'âge moyen aux cheveux blonds et aux yeux bleus dans un tailleur noir pointait une arme sur Haddie et Jordan. Haddie lâcha sa pelle, soupira, échangea un regard avec son frère, puis s'écarta du cercueil fermé.

« Pour qui travaillez-vous ? » Demanda Haddie en examinant la femme.

« Ça, ma chère, ça ne vous regarde pas. »

Jordan secoua la tête. « Je ne pense pas que vous devriez l'ouvrir. »

« Fermez-la ! »

« Mon frère a raison. » Haddie désigna les symboles gravés sur le pourtour en bois pourri du cercueil. « C'est une sorte d'avertissement... ce qui est à l'intérieur... est censé y rester. » Elle regarda le demi-croissant et les trois points et se demanda ce qu'ils pouvaient bien vouloir dire. Ils ne ressemblaient à aucun des autres symboles qu'elle avait croisés au cours des derniers mois.

« Foutaises ! Superstitions ! » La femme hurla, elle pointa le revolver en direction du verrou et appuya sur la détente. Un bruit se fit entendre et résonna dans les ruines et la forêt environnante.

Haddie se demanda si leur guide et traducteur les avait entendus. Il n'avait sûrement même pas remarqué, ou bien ça ne l'intéressait pas. Il avait refusé de les suivre à proximité des tombes, les traitant de touristes ignorants. Il leur avait dit qu'il les attendrait à côté de la voiture en textant avec ses amis jusqu'à leur retour. La femme appuya à nouveau plusieurs fois sur la détente jusqu'à ce que le verrou cède, puis tombe sur le sol dans un bruit sourd.

« J'espère qu'il va appeler la police, » murmura Jordan à Haddie.

« Je ne compterais pas trop là-dessus... »

La femme examina le cercueil avec attention. Haddie et Jordan reculèrent tandis qu'elle luttait pour ouvrir le couvercle. Alors que Haddie reculait prudemment, elle réalisa que la femme devait travailler pour la même société secrète qui avait déjà interféré avec plusieurs de ses enquêtes.

Elle en savait peu à leur sujet, mais de ce qu'elle avait compris en entendant certaines conversations de certains de ses hommes de main en Égypte, ils cherchaient d'anciennes connaissances, un savoir qu'ils croyaient capable de transcender l'humanité vers un degré supérieur d'existence.

« S'il vous plait... » avertit Haddie. « Ne l'ouvrez pas avant que nous sachions ce que représentent les symboles. »

La mercenaire ricana et, dans un râle d'effort, ouvrit le couvercle pour révéler le contenu...

Rien.

Rien en dehors d'une étrange brume noire.

« Je ne comprends pas, » dit-elle. « Il est censé être ici... le livre... »

La mercenaire plissa les yeux. La frustration déforma son visage tandis que la brume noire s'animait soudaine et s'infiltrait par sa bouche et son nez, comme si elle était vivante.

Haddie et Jordan sortirent du tombeau.

La femme s'étouffa, toussa et s'écroula au sol. Là, dans la poussière, elle se contorsionna et prit toutes sortes de poses anormales, hurlant tandis que la brume redessinait son corps en une forme grotesque et indescriptible. De son cou ressortaient ses veines noires et gonflées. Ses mains frappaient le sol et elle fut prise de convulsions hystériques, comme si on la brûlait vive. Ensuite, dans un cri à glacer le sang, son corps retomba, inerte et silencieux.

Haddie réprima un cri d'horreur. Elle sentit un frisson parcourir son échine tandis qu'elle regardait la scène, totalement incrédule. Que se passait-il ? Quel genre de brume étrange pouvait faire une telle chose à quelqu'un ? Était-ce une sorte d'ancien poison... une sorte de vapeur toxique... ou bien était-ce quelque chose de pire...

« Bon... on ne voit pas ça tous les jours, n'est-ce pas ? » dit Jordan d'un ton égal. « J'aurais vraiment aimé filmer ça avec mon téléphone. »

Haddie soupira. « Est-ce qu'elle est morte ? »

« Aussi morte qu'une tombe. »

Haddie ne trouvait pas ça drôle. Pas le moins du monde. Il avait peur. Elle le savait à ses tentatives désespérées de faire de l'humour pour cacher sa frayeur. Il était sur le point de faire une autre blague lorsque soudain, la créature eut un mouvement convulsif et reprit vie.

Le souffle coupé de surprise, Haddie tira le t-shirt de Jordan et lui dit : « On doit sortir d'ici ». Mais alors qu'ils reculaient, la créature leur fit face, les yeux injectés de sang et la mâchoire aussi protubérante qu'un museau d'animal, dont les dents semblaient pousser sous sa peau étirée.

« Oh merde ! » lâcha Haddie. Elle trébucha, et elle tomba avec son frère. La créature qui était autrefois une femme leur rugit dessus, révélant deux crocs massifs comme des couteaux.

Chambre du sang. Messagère de l’enfer. Sous les ruines. 3.[]

« Par ici ! » Haddie cria, guidant Jordan dans l'ombre et la lumière de la canopée. Elle pouvait entendre la créature hurler tandis qu'elle les pourchassait avec une vitesse et une détermination surnaturelles. Repérant un recoin dans la roche, elle y tira rapidement son frère pour s'y cacher.

« Les vampires ne sont pas censés exploser au soleil ? » demanda Jordan. « Je veux dire, ce n’est pas ce qui est censé se passer ? Il n’est pas censé savoir qu'il est mort ? »

Haddie plaça instantanément un doigt sur ses lèvres en entendant le bruit de pas qui approchaient. Elle réprima son envie de voir la créature. Elle décida plutôt d'écouter. Elle pouvait entendre le cliquetis et le sifflement provenant de ses mâchoires affamées. Elle pouvait entendre le bruit des pierres et le son distinct des brindilles cassées tandis que la créature poursuivait sa traque. Puis, les bruits de pas semblèrent changer de direction, s'atténuer de plus en plus pour finir par disparaître et ne laisser place qu'au chant des insectes.

Haddie lâcha un soupir tremblant.

Jordan déglutit et avala la boule qu'il avait dans la gorge, puis dit : « On aurait vraiment dû prendre l'avertissement au sérieux. »

« Si c'est bien ce que c'était... un avertissement... »

« Qu'est-ce que ça pouvait être d'autre ? »

« Je n’en sais rien... Ce que je sais... C'est qu'on a lâché un truc horrible dans la nature. »

« Quand tu dis un truc horrible, tu parles bien du vampire et pas d'un gaz, hein ? » dit Jordan avec un sourire en coin. « Juste pour savoir. »

« Ce n’est pas drôle. »

« Un petit peu quand même. »

« Non. Pas du tout. »

Haddie se risqua à regarder hors de leur cachette rocheuse. Elle jeta un coup d'œil inquiet, s'attendant à ce que la créature leur saute dessus. Lorsque rien ne se passa, elle se leva doucement et sans bruit, et elle retourna avec Jordan jusqu'à leur guide.

Tandis qu'elle progressait dans les bois, elle ne put s'empêcher de remarquer les similarités avec tous les symboles qu'elle avait vus sur les sites d'enquête précédents. Ils étaient totalement uniques. Elle n'avait jamais rien vu de tel et les avait découverts dans des endroits complètement différents, sur toute la planète. En Inde. En Afrique. Au Portugal. En Angleterre. À Paris. Et maintenant... en Turquie.

Haddie ne pouvait pas s'empêcher de trouver que quelque chose clochait. Elle brisa le silence, disant : « Nous sommes attirés vers quelque chose de bien plus complexe que ce que nous voulions bien croire. C'est presque comme si... nous étions utilisés... »

« Utilisés ? Pour quoi ? Tout le monde se fiche d'un groupe de crétins de Montréal qui lâchent des monstres dans la nature ! »

Haddie secoua la tête, et lui adressa à regard grave avant de répondre : « Je ne sais pas. Mais je pense que le moment est venu de rencontrer notre mystérieux... »

Un bruit de branche cassée les fit sursauter.

Avant que Haddie ne puisse aller au bout de sa pensée, la créature se tenait entre deux arbres, dans la lumière du jour.

Jordan hurla de terreur tandis que la créature plongeait sur lui. Elle lui saisit le bras et planta ses griffes dans sa peau. Avec un rugissement puissant, la créature le projeta contre un arbre dans un bruit sourd. En grognant, il s'écroula au sol tandis qu'un noir d'encre envahissait sa vision.

Haddie réfléchit rapidement, repérant une branche tombée au sol.

La créature se rapprocha de Jordan, le fixant comme s'il était un steak. Elle s'agenouilla devant lui et se prépara à plonger ses crocs dans le cou de Jordan afin d'épancher sa soif de sang. Alors qu'elle ouvrait la bouche, un grand cri vint l'interrompre.

La créature siffla et se retourna juste à temps pour recevoir un coup de branche en plein visage. Elle tomba sur le côté, puis se remit lentement sur pieds, les yeux plantés dans ceux de Haddie.

Haddie recula lentement, ravie d'avoir sauvé son frère d'une mort certaine, mais incertaine quant à la suite des événements. Ensuite, inspirée par les films de vampires qu'elle avait vus avec son oncle Stefan, elle orienta le côté pointu de la branche vers la créature alors que celle-ci se jetait sur elle tel un lion.

Le pieu artisanal fit son effet, perforant de part en part la créature et son cœur.

La créature hurla d'horribles choses puis tomba à genoux, tenant le pieu entre ses mains.
S'essuyant le front, Haddie s'éloigna de la créature et approcha de son frère. Mais un bruit soudain de succion la gela sur place. Lentement, elle se retourna et vit la créature retirer le pieu, sur lequel se trouvait encore son cœur mort et en charpie.

La créature rejeta le cœur avec un sourire déformé. Un instant plus tard, elle bondit sur Haddie et la fit tomber au sol. Haddie se débattit face à cette poigne puissante tandis que la créature salivait et fixait avidement l'artère palpitante de son cou.

La salive coulait lentement le long du cou de Haddie, aussi chaude et gluante qu'une limace. Elle cria, puis elle manqua d'air pour crier et commença à voir non pas des étoiles, mais de la géométrie... des symboles... les symboles qu'elle avait découverts dans ce qu'elle appelait souvent le Chevauchement. Elle ne savait pas quel autre nom donner à ce qu'elle pensait être une intersection de Venn entre les mondes dans lesquels elle pourrait acquérir des connaissances et des souvenirs uniques.

Haddie ferma les yeux et vit le symbole de triangle déformé qu'elle venait de découvrir dans le vieux temple. Elle vit ensuite l'étrange cercle coupé en deux par une ligne qu'elle avait découvert partout sur les murs et planchers d'un asile désaffecté, comme si quelqu'un menait de sombres expériences liées au Chevauchement sur des patients. Tout ça était très bizarre et nouveau pour elle.

Maintenant que la créature se préparait à se nourrir de son sang, Haddie ne voyait pas de souvenirs défiler devant ses yeux, mais plutôt d'étranges symboles arcaniques qui semblaient plus anciens que la vie elle-même. Comme si quelqu'un ou quelque chose essayait de lui faire parvenir un message depuis le Chevauchement.

Chambre du sang. Messagère de l’enfer. Sous les ruines. 4.[]

La créature était sur le point d'assouvir sa soif et Haddie sentit sa fin toute proche. Désespérée, elle fouilla le sol de ses doigts, entre les brindilles et la poussière, à la recherche de quelque chose... n'importe quoi. Et alors que la créature s'apprêtait à lui mordre le cou, elle s'empara d'une pierre grosse comme une balle de base-ball et lui frappa la gueule avec, brisant ses crocs mortels.

La créature se remit sur pieds d'un bond, folle de douleur. Des éclats d'os et de dents tombèrent dans une épaisse flaque de sang et de salive. Haddie se retourna et aperçut Jordan en train de gémir. Il était encore à vie, à peine, mais c'était mieux que rien. Soulagée, elle se remit rapidement sur pied, tentant de trouver un moyen de détruire ce mal ancien une bonne fois pour toutes. C'est alors qu'elle le vit...

le revolver !

À la ceinture !

Sans hésitation, elle se précipita sur la créature tandis que deux nouveaux crocs blancs poussaient déjà derrière les restes sanglants des précédents. Avant que la créature ne puisse réaliser ce qu'il se passait, elle s'empara du revolver et tira dans son visage, à bout portant.

La créature tomba à la renverse tandis que Haddie vidait son arme dans son visage et son corps. Mais les balles étaient inutiles contre cette créature mystérieuse. En un instant, la créature aux yeux pourpres se remit debout tout en observant Haddie. Nerveusement, elle recula lentement, ignorant où aller et que faire. Elle n'avait nulle part où aller. Elle ne pouvait rien faire. C'était la fin.

Avec une vitesse et une force incroyables, la créature bondit sur Haddie et la plaqua à terre. Ses crocs blancs luisants approchèrent méchamment de son cou. Elle gesticula, frappa et cria sous son poids. Elle sentit sa respiration chaude à quelques centimètres de sa nuque. C'est alors qu'elle les vit avec son œil de l'esprit.

Les symboles.

Tous les symboles.

Tournoyant et clignotant, ils se fondirent en un même symbole, celui qu'elle avait vu gravé sur le cercueil. C'est alors qu'elle commença à comprendre. Le symbole n'était pas un avertissement, mais un seau, qui servait à emprisonner cette créature insondable et indescriptible.

Alors que la créature se préparait à se repaître de sa vie, elle parvint à s'emparer d'un objet affuté par terre...

Son croc brisé !

Et ses dernières forces, elle arriva à graver le croissant et les trois points profondément dans sa joue.

Soudain, la créature écarquilla les yeux dans une profonde incrédulité. Titubant en arrière, elle observa Haddie, une terreur abjecte dans le regard, cherchant désespérément à effacer le symbole de son horrible visage.

Mais c'était trop tard.

Une brume noire telle de l'acide brûlait les chairs de la créature. La brume rampante lui remplit les poumons, la poitrine et le cou. Son estomac et sa poitrine gonflèrent, tandis que la pression la matraquait de l'intérieur. Soudain, dans un cri perçant atroce, elle explosa comme un gros pétard.

Recouverte d'entrailles, Haddie se traîna aux côtés de son frère.

« Qu'est-ce que j'ai raté ? » gémit-il tout en s'assoyant, appuyé contre l'arbre. Il plissa les yeux et observa au travers de la fine brume rouge qui planait dans l'air ambiant. « Où est... »

Il ne termina pas sa phrase, remarquant les éclats d'os et les bouts de chair qui recouvraient ses vêtements. En silence, ils ramassèrent des morceaux de la créature. Jordan rompit alors le silence, « Eh bien, c'était agréable… aussi agréable qu'un enterrement. »

Haddie ne répondit pas à sa bêtise. Elle songeait aux symboles qu'ils avaient croisés au cours de leurs recherches. Elle s'interrogea sur leur signification, sur leur origine, et s'il existait un lien entre tous ces sites paranormaux qu'ils avaient étudiés. De plus, elle se demanda si leur bienfaiteur les utilisait dans une sorte de partie d'échecs contre des forces inconnues.

Chambre du sang. Ole Bloody.[]

Voici l'histoire racontée par la guide touristique, après notre visite de la vieille distillerie Mad Canyon de Moonlight Bay. Elle proposa aux adultes de goûter à l'Ole Bloody, une recette célèbre à l'époque de la Prohibition. Personne ne parla pendant la dégustation du gin maison, alors que l'eau-de-vie nous brûlait le gosier. La guide touristique parla de la distillerie abandonnée que nous visitions, nous expliquant comment le premier gang avait complètement disparu avant que le légendaire Al Capone ne prenne le contrôle de l'opération. Elle avait raconté cette histoire tant de fois qu'elle parlait avec fluidité et une gestuelle parfaite, marquant des pauses aux bons moments.

« Mesdames et messieurs, je ne suis pas adepte des histoires à dormir debout, mais ce que l'on sait de la disparition du gang des Maddy Hatter a tout d'une histoire de vampires. Le gang des Maddy Hatter était principalement composé des membres de la famille Maddock, aux ordres de Hank, le patriarche qui avait pour manie de collectionner les chapeaux des membres de gang rivaux qu'il massacrait. Il a dû voler le mauvais chapeau, car cette soif de sang est revenue le hanter pendant l'automne de 1921, époque où son gang disparut, ne laissant que les cadets de la famille pour conter ce qu'il s'était passé. Et ce qu'il s'était passé avait tout d'un véritable mystère. Un mystère autour duquel tout le monde se dispute encore aujourd'hui, et désormais relégué au rang de simple légende urbaine. Mais je vous jure que ce n'est pas une légende... Tout est vrai. »

« Alors qu'ils rapportaient du matériel récupéré en Ontario, les jumeaux Candice et Coddy passèrent par la vallée, transportant les tuyaux en cuivre et les ballons dans les grottes où le gang préparait son alcool de contrebande. Mais à leur arrivée, ils ne trouvèrent que du sang. Du sang par terre. Du sang sur les murs. Croyez-le ou pas, mais il y avait même du sang qui circulait dans les tuyaux et les bobines de l'alambic. Au début, ils songèrent à un gang rival. Mais il n'y avait pas le moindre signe de coups de feu ou de balles... ni même de cadavres ou de traces de lutte... Rien que du sang et un brouillard mystérieux. »

« Les jumeaux décidèrent immédiatement de retrouver les responsables, mais aussi d'offrir un enterrement digne à leurs frères, cousins et parents. Ils s'emparèrent d'une lanterne et se glissèrent dans les profondeurs de la montagne, suivant les traces de sang. Ils fouillèrent jusque tard dans la nuit, mais sans succès. Coddy alluma la lanterne et il était sur le point de dire à sa sœur qu'il était épuisé quand il entendit des bruits de rochers au loin. Il chargea, et elle se lança à ses trousses, trébuchant sur un rocher et se cognant la tête par terre avant de perdre connaissance. »

« À son réveil, Candice se remit sur pied et se précipita en direction de la lueur vacillante de la lanterne, hurlant le nom de son frère. Se faufilant entre les ombres et la lumière, elle approcha de son frère, le teint pâle, étendu à terre, et le cou marqué de deux plaies perforantes. Elle appuya l'oreille contre son torse à la recherche de son pouls et en eut le souffle coupé quand elle réalisa qu'il était mort. Elle trembla, puis cria, et poussée par une force inconnue, elle s'empara de la lanterne et chargea en avant. Puis, sans même s'en rendre compte, elle entra dans une grotte immense, sentant le sol sous ses pieds se changer en une sorte de bouillie. »

« Elle éclaira autour d'elle à l'aide de sa lanterne, dévoilant des tas de crânes humains au milieu de milliers de scarabées grouillant au cœur d'une vase épaisse. À ses pieds, elle vit comment des scarabées dévoraient une chauve-souris malade. Son corps se tendit et elle regarda en l'air, observant des milliers de chauves-souris endormies. Quelques scarabées s'alimentant de chair en décomposition lui coururent sur le pied et elle les chassa du pied. Elle ravala sa peur, réalisant que si elle réveillait les chauves-souris, elles ne lui laisseraient que les os en quelques minutes. Elle remarqua alors des tonneaux familiers dans un coin, à côté d'un tas d'os d'animaux. »

« Sans un bruit et avec minutie, elle passa à côté des ossements. Ouvrant un tonneau, elle grimaça sous l'assaut d'une terrible puanteur. Elle observa la sombre concoction sans trop savoir ce qu'elle regardait. Elle réalisa alors qu'elle avait devant elle des morceaux de chair en pleine fermentation dans du sang putride. Elle se trouvait dans le repaire du vampire. Mais avant qu'elle puisse reprendre ses recherches, un rugissement la fit soudainement sursauter. »

« Candice se retourna et se retrouva face à un démon aux longs crocs, une brume noire virevoltant autour de lui. Au travers de la brume, elle vit qu'il portait le chapeau de son père. Elle poussa un cri vengeur tonitruant. L'horrible visage du vampire se tordit de façon incrédule. Sans crainte, Candice se précipita sur le vampire. Elle se fichait de savoir ce qu'était cette chose ni d'où elle venait. Elle voulait juste la voir morte et honorer sa famille. Le vampire tentait de la tuer en lui plantant ses crocs dans son cou. Mais elle se sentait assez forte pour affronter une montagne. »

« Et donc elle gesticula, frappa et repoussa son visage enragé. D'un grognement, elle mordit le vampire, arrachant des morceaux de chair pâle de son cou d'une morsure assez puissante pour briser des rochers. Avant que le vampire ne comprenne ce qu'il se passait, elle lui planta le pouce dans l'œil, l'enfonçant de plus en plus tandis qu'il lacérait désespérément ses bras et son visage. Mais elle s'en fichait. Elle ne comptait pas renoncer, et au bout d'un moment, elle sentit la chaude matière grise délicate et sourit. Elle replia alors son doigt et tira aussi fort que possible dans un rire dément. »

« Pris de violentes convulsions, le vampire poussa un hurlement, puis d'un coup, ses mouvements cessèrent, sa mâchoire figée en un cri d'agonie. Incapable de contrôler son rire, elle récupéra le chapeau de son père et se releva fièrement, tandis que du sang s'écoulait de ses plaies ouvertes. Le brouillard recouvrit alors le vampire et c'est là que tout disparut. Le vampire. Les chauves-souris. Les scarabées. Le sang. Tout.

Inutile de le préciser, mais personne ne crut Candice. Elle fut donc internée dans un asile et laissée là pour y pourrir. Finalement, un riche philanthrope décida de la prendre en charge, et on ne la revit jamais. »

Tout le monde se taisait. Quelqu'un rigola et dit, « Mais ce n'est pas vraiment une histoire de vampire, n'est-ce pas ? »

La guide touristique lui répondit, « Ce n'est pas une histoire comme celles auxquelles nous sommes habitués, mais c'est son histoire et je jure que je l'ai racontée comme je l'ai moi-même entendue. »

Préoccupée, une jeune femme ajouta alors, « J'espère que tout s'est arrangé pour cette pauvre fille. »

Vidéo[]

Cette vidéo est débloquée après avoir complété tout les Défis de Maître avec ces Entrées de Journal, Histoires et Notes.

Gnome Chompski[]

En l'honneur de Bill Overbeck apparaissant en tant qu'un des Personnages choisis pour ce Tome, les Développeurs ont ajouté Gnome Chompski comme un Charme spécial Easter Egg.

Gnome Chompski
DR 016 Que fait ce type dans le Royaume de l'Entité ?

Gnome Chompski est la mascotte non-officielle de Valve, les Développeurs des franchises Left 4 Dead et Half-Life, dans lesquels il est un accessoire iconique.

Dans Left 4 Dead 2, Gnome Chompski est une arme improvisée pouvant être obtenue dans la Campagne "Dark Carnival" après avoir obtenu 750 points dans un mini-jeu de stand de tir.
Dans Half-Life 2: Episode 2, il est tristement célèbre pour le Succès "Little Rocket Man", réputé pour être difficile, qui demande au Joueur de porter le gnome pendant la majeure partie du Jeu pour finalement le déposer dans une fusée, avec laquelle il est ensuite lancé dans l'espace.

Débloquer Gnome Chompski[]

Gnome Chompski apparaissait en tant qu'Objet à un endroit aléatoire dans le Terrain de l'Épreuve dès lors que le Sprint FinalIconHelp endGameIconHelp endGameIconHelp endGame est initié, indiqué par un ricanement sinistre entendu à travers la Carte. Dans les 2 à 4 minutes de le Sprint Final peut durer, les Joueurs désirant débloquer le Charme devait trouver l'Objet et l'écraser. Cela détruisait le Gnome et le faisait apparaître à un autre endroit, également indiqué par un ricanement. Il pouvait également réapparaître à un autre endroit s'il n'était pas trouvé dans un délai de 90 à 120 secondes.

En tant que Tueur, écraser l'Objet suffit: un effet bleu ressemblant à un feu-follet s'affichait sur l'Interface, et après que l'Épreuve soit finie, le Charme était débloqué.
Un Survivant devait obligatoirement s'échapper de l'Épreuve en vie afin de débloquer le Charme, et ils émettaient le même effet visuel après avoir écrasé le gnome.
Les deux scenarios débloquaient le Charme pour tous les Personnages, Tueurs comme Survivants.

Glyphes[]

Article principal: Glyphe Bleu

Glyphe Bleu[]

  • Tome 7 - Abandonné a introduit les défis Glyphe Bleu.
    Après avoir sélectionné le défi Communicateur des Glyphes ou Fugitif des Glyphes , un Glyphe BleuChallengeIcon blueGlyphChallengeIcon blueGlyphChallengeIcon blueGlyph apparaît dans le Terrain de l'Épreuve et a besoin d'être communié avec pour gagner de la progression de Défi.
    • Après avoir communié avec un Glyphe BleuChallengeIcon blueGlyphChallengeIcon blueGlyphChallengeIcon blueGlyph, le Survivant souffre soit de l'Effet de Statut AveuglementIconStatusEffects visionIconStatusEffects visionIconStatusEffects vision, soit de l'Effet de Statut InconscientIconStatusEffects obliviousIconStatusEffects obliviousIconStatusEffects oblivious.
      • Si le Défi est Fugitif des Glyphes, le Survivant doit s'échapper de la partie en plus d'avoir communié avec le Glyphe BleuChallengeIcon blueGlyphChallengeIcon blueGlyphChallengeIcon blueGlyph pour le compléter.

Défis[]

Niveau 1[]

Défi Tâche Personnage Récompenses à l'achèvement
RiftFragments BloodpointsIcon2 IconHelp archivesCollection
DÉFIS RÉGULIERS
Générosité Soignez un total de 6 États de santé d'autres survivants. ChallengeIcon survivor 3 15,000
Alliance stratégique Effectuez une action coopérative pendant 90 secondes. ChallengeIcon survivor 3 15,000
Libérateur Décrochez 6 Survivants.
Le décrochage doit être sécurisé.
ChallengeIcon survivor 3 15,000
Mécano Épuisez 3 Boîtes à outils. ChallengeIcon survivor 3 15,000
Et la lumière fut Réparez un total de 4 Générateurs. ChallengeIcon survivor 3 15,000
Le dernier endroit où chercher Déverrouillez 6 Coffres. ChallengeIcon survivor 3 15,000
Issue Échappez à 5 Poursuites. ChallengeIcon survivor 3 15,000
Récompenses sanglantes Gagnez 50,000 Points de sang. ChallengeIcon survivorKiller 3 15,000
Course mortelle Soyez poursuivi par le tueur pendant 90 secondes au total. ChallengeIcon survivor 3 15,000
Libération de rage Cassez 15 Murs, palettes ou générateurs. ChallengeIcon killer 3 15,000
Déchaînement de violence Frappez 8 Survivants différents avec votre arme. ChallengeIcon killer 3 15,000
Révérencieux Sacrifiez 6 Survivants à l'Entité. ChallengeIcon killer 3 15,000
Sombre obsession Suspendez l'obsession à un crochet 4 fois. ChallengeIcon killer 3 15,000
Désespoir distinct Suspendez 6 Survivants différents à un crochet. ChallengeIcon killer 3 15,000
K.-O. Abattez 10 Survivants. ChallengeIcon killer 3 15,000
Poursuite mortelle Poursuivez les survivants pendant 180 secondes au total. ChallengeIcon killer 3 15,000
DÉFIS MAÎTRES
À la faveur du temps Quand vous êtes dans le rayon de terreur du tueur, décrochez 2 Survivants en utilisant la compétence SursisIconPerks borrowedTimeIconPerks borrowedTimeIconPerks borrowedTime.
Le décrochage doit être sécurisé.
ChallengeIcon survivor 5 25,000 IconHelp archivesLog
Objectif d'Overbeck Avec William "Bill" Overbeck, finissez de réparer 2 Générateurs. SurvivorBill 5 25,000 IconHelp archivesLog
Partisan obscur Suspendez 5 Survivants à un crochet. ChallengeIcon killer 5 25,000 IconHelp archivesLog
Répandre la maladie Avec L'Épidémie, blessez un survivant 6 fois grâce à la Purge d'infamie ou à la Purge de corruption. IconHelpLoading plague 5 25,000 IconHelp archivesLog
Dévotion de l'invisible Frappez 3 Survivants avec votre arme en étant IndétectableIconStatusEffects undetectableIconStatusEffects undetectableIconStatusEffects undetectable et en utilisant la compétence Sombre DévotionIconPerks darkDevotionIconPerks darkDevotionIconPerks darkDevotion. ChallengeIcon killer 5 25,000 IconHelp archivesLog
Attaque de fièvre Avec L'Épidémie, faites que 4 Survivants atteignent l'Infection maximale. IconHelpLoading plague 5 25,000 IconHelp archivesLog
DÉFIS GLYPHE
Communicateur des glyphes Communiez avec 3 Glyphes Bleus.ChallengeIcon blueGlyph ChallengeIcon glyph 5 25,000

Charme de Fin de Niveau[]

Icône Nom Rareté Description
DR 001 Terrier de l'Observateur Insolite Une vieille pièce négligée qui empeste le désespoir.

Niveau 2[]

Défi Tâche Personnage Récompenses à l'achèvement
RiftFragments BloodpointsIcon2 IconHelp archivesCollection
DÉFIS RÉGULIERS
Magnifique démonstration Étourdissez ou aveuglez le tueur 6 fois. ChallengeIcon survivor 3 25,000
Dette de sang Décrochez un survivant qui vous a décroché plus tôt dans la partie 3 fois.
Le décrochage doit être sécurisé.
ChallengeIcon survivor 3 25,000
Âge irisé Gagnez 8 Emblèmes de qualité Irisé. ChallengeIcon survivorKiller 3 25,000
Chevilles douloureuses Tombez de haut 3 fois pendant une poursuite. ChallengeIcon survivor 3 25,000
Habileté supérieure Obtenez un résultat Excellent lors de 6 Tests d'habileté. ChallengeIcon survivor 3 25,000
Amitié réelle Décrochez un survivant de manière sécurisée ou subissez un coup de protection 15 fois. ChallengeIcon survivor 3 25,000
Et la lumière fut Réparez un total de 10 Générateurs. ChallengeIcon survivor 3 25,000
Récompenses sanglantes Gagnez 75,000 Points de sang. ChallengeIcon survivorKiller 3 25,000
Chasseur d'or En tant que tueur, gagnez 8 Emblèmes de qualité Or ou supérieure. ChallengeIcon killer 3 25,000
K.-O. Abattez 15 Survivants. ChallengeIcon killer 3 25,000
Entrepôt de ferraille Endommagez 12 Générateurs. ChallengeIcon killer 3 25,000
Sombre obsession Suspendez l'obsession à un crochet 6 fois. ChallengeIcon killer 3 25,000
Bien sanglant Frappez 15 fois un survivant avec votre arme. ChallengeIcon killer 3 25,000
Exécution Tuez 6 Survivants par n'importe quel moyen. ChallengeIcon killer 3 25,000
DÉFIS MAÎTRES
Démarrer avec des câbles Pendant une poursuite, sautez 5 fois par une fenêtre ou au-dessus d'une palette. ChallengeIcon survivor 5 35,000 IconHelp archivesLog
Dernière chance Échappez-vous par la trappe en utilisant la compétence AbandonnéIconPerks leftBehindIconPerks leftBehindIconPerks leftBehind. Faites-le 1 fois. ChallengeIcon survivor 5 35,000 IconHelp archivesLog
Kassir en crise Avec Zarina Kassir, échappez à 3 Poursuites. SurvivorZarina 5 35,000 IconHelp archivesLog
Refus de lâcher Échappez-vous de 1 Partie en utilisant la compétence IndéfectibleIconPerks unbreakableIconPerks unbreakableIconPerks unbreakable. ChallengeIcon survivor 5 35,000 IconHelp archivesLog
Proie en chasse Commencez une poursuite avec 3 Survivants différents. ChallengeIcon killer 5 35,000 IconHelp archivesLog
Verrouillé Fermez la trappe 1 fois. ChallengeIcon killer 5 35,000 IconHelp archivesLog
Fléau de la purge Avec L'Épidémie, frappez au moins 2 Survivants d'une seule décharge de l'action Purge de corruption. Faites-le 2 fois. IconHelpLoading plague 5 35,000 IconHelp archivesLog
Armé par la peur Abattez un survivant moins de 60 secondes après en avoir renversé un autre en utilisant la compétence Peur ContagieuseIconPerks infectiousFrightIconPerks infectiousFrightIconPerks infectiousFright, 2 fois. ChallengeIcon killer 5 35,000 IconHelp archivesLog
DÉFIS GLYPHE
Fugitif des glyphes Communiez avec un Glyphe Bleu ChallengeIcon blueGlyph puis échappez-vous d'une partie 1 fois ChallengeIcon glyph 5 35,000

Charme de Fin de Niveau[]

Icône Nom Rareté Description
DR 002 Taudis de l'Observateur Rare Une demeure misérable, mais bien mieux que le reste du royaume de l'Entité.

Niveau 3[]

Défi Tâche Personnage Récompenses à l'achèvement
RiftFragments BloodpointsIcon2 IconHelp archivesCollection
DÉFIS RÉGULIERS
Repoussant Suspendez 20 Survivants à un crochet. ChallengeIcon killer 3 30,000
Bien sanglant Frappez 20 fois un survivant avec votre arme. ChallengeIcon killer 3 30,000
Poursuite mortelle Poursuivez les survivants pendant 240 secondes au total. ChallengeIcon killer 3 30,000
Profondément enseveli Suspendez 12 Survivants à un crochet dans la cave. ChallengeIcon killer 3 30,000
Libération de rage Cassez 25 Murs, palettes ou générateurs. ChallengeIcon killer 3 30,000
Révérencieux Sacrifiez 12 Survivants à l'Entité. ChallengeIcon killer 3 30,000
Générosité Soignez un total de 10 États de santé d'autres survivants. ChallengeIcon survivor 3 30,000
Récompenses sanglantes Gagnez 100,000 Points de sang. ChallengeIcon survivorKiller 3 30,000
Amitié réelle Décrochez un survivant de manière sécurisée ou subissez un coup de protection 20 fois. ChallengeIcon survivor 3 30,000
Le dernier endroit où chercher Déverrouillez 10 Coffres. ChallengeIcon survivor 3 30,000
Et la lumière fut Réparez un total de 12 Générateurs. ChallengeIcon survivor 3 30,000
Le tout pour le tout Sabotez 12 Crochets. ChallengeIcon survivor 3 30,000
Âge d'or Gagnez 15 Emblèmes de qualité Or ou supérieure. ChallengeIcon survivorKiller 3 30,000
Finis les travaux manuels Purifiez 15 Totems. ChallengeIcon survivor 3 30,000
Hors de vue Cachez-vous à moins de 10 mètres du tueur sans vous faire prendre pendant un total de 90 secondes. ChallengeIcon survivor 3 30,000
La guilde de l'ingénieur Réparez un total de 6 Générateurs en coopérant avec d'autres survivants. ChallengeIcon survivor 3 30,000
DÉFIS MAÎTRES
Point culminant de la corruption Terminez une partie avant que tous les générateurs ne soient réparés en utilisant la compétence Intervention ImpureIconPerks corruptInterventionIconPerks corruptInterventionIconPerks corruptIntervention. ChallengeIcon killer 5 50,000 IconHelp archivesLog
Maîtrise de MacMillan Terminez une partie avec un maximum de 1 Survivant encore en vie en utilisant les compétences Présence PerturbanteIconPerks unnervingPresenceIconPerks unnervingPresenceIconPerks unnervingPresence, Force BruteIconPerks brutalStrengthIconPerks brutalStrengthIconPerks brutalStrength et AgitationIconPerks agitationIconPerks agitationIconPerks agitation. ChallengeIcon killer 5 50,000 IconHelp archivesLog
Ondes positives Soignez complètement 3 États de santé d'autres survivants. ChallengeIcon survivor 5 50,000 IconHelp archivesLog
Toi, oui, toi Suspendez l'obsession à un crochet 4 fois. ChallengeIcon killer 5 50,000 IconHelp archivesLog
Déclencher le piège Avec Le Piégeur, attrapez 4 Survivants dans un piège à ours à moins de 10 mètres d'une palette, d'un saut d'obstacle ou d'un mur destructible. IconHelpLoading trapper 5 50,000 IconHelp archivesLog
Révolution du peuple Activez la capacité de la compétence Pour le PeupleIconPerks forThePeopleIconPerks forThePeopleIconPerks forThePeople pour soigner un autre survivant 2 fois. ChallengeIcon survivor 5 50,000 IconHelp archivesLog
DÉFIS GLYPHE
Chercheur de glyphe Communiez avec 5 Glyphes Rouges. ChallengeIcon redGlyph ChallengeIcon glyph 5 50,000

Charme de Fin de Niveau[]

Icône Nom Rareté Description
DR 003 Refuge de l'Observateur Très Rare Un sursis au milieu des horreurs proches.

Niveau 4[]

Défi Tâche Personnage Récompenses à l'achèvement
RiftFragments BloodpointsIcon2 IconHelp archivesCollection
DÉFIS RÉGULIERS
La guilde de l'ingénieur Réparez un total de 10 Générateurs en coopérant avec d'autres survivants. ChallengeIcon survivor 3 40,000
Magnifique démonstration Étourdissez ou aveuglez le tueur 12 fois. ChallengeIcon survivor 3 40,000
Habileté supérieure Obtenez un résultat Excellent lors de 12 Tests d'habileté. ChallengeIcon survivor 3 40,000
Hors de vue Cachez-vous à moins de 10 mètres du tueur sans vous faire prendre pendant un total de 120 secondes. ChallengeIcon survivor 3 40,000
Par tous les moyens Lâchez 10 Palettes pendant une poursuite avec le tueur. ChallengeIcon survivor 3 40,000
Intérêt médical Épuisez 6 Trousses de soins. ChallengeIcon survivor 3 40,000
Âge irisé Gagnez 10 Emblèmes de qualité Irisé. ChallengeIcon survivorKiller 3 40,000
Collectionneuse de butin Échappez-vous de la partie en transportant un objet ultra rare 2 fois. ChallengeIcon survivor 3 40,000
Générosité Soignez un total de 12 États de santé d'autres survivants. ChallengeIcon survivor 3 40,000
K.-O. Abattez 25 Survivants. ChallengeIcon killer 3 40,000
Terrifiés Faites crier les survivants 60 fois. ChallengeIcon killer 3 40,000
Poursuite mortelle Poursuivez les survivants pendant 300 secondes au total. ChallengeIcon killer 3 40,000
Entrepôt de ferraille Endommagez 20 Générateurs. ChallengeIcon killer 3 40,000
Exécution Tuez 15 Survivants par n'importe quel moyen. ChallengeIcon killer 3 40,000
Sombre obsession Suspendez l'obsession à un crochet 12 fois. ChallengeIcon killer 3 40,000
DÉFIS MAÎTRES
Un pas vers la souffrance Enfuyez-vous de la partie par la trappe en transportant une carte. Faites-le 1 fois. ChallengeIcon survivor 5 60,000 IconHelp archivesLog
Très délicat Laissez le tueur approcher à moins de 15 mètres d'un générateur visé par LeurreIconPerks redHerringIconPerks redHerringIconPerks redHerring après l'activation de la compétence en moins de 30 secondes. Répétez cette action 2 fois. ChallengeIcon survivor 5 60,000 IconHelp archivesLog
Nouveau record Échappez-vous de 1 Partie en utilisant la compétence ConfidentielIconPerks offTheRecordIconPerks offTheRecordIconPerks offTheRecord. ChallengeIcon survivor 5 60,000 IconHelp archivesLog
Pas si rapides maintenant, pas vrai ? Quand un piège à ours a été refermé par un survivant, remettez-le en place et attrapez 1 Survivant avec Le Piégeur. IconHelpLoading trapper 5 60,000 IconHelp archivesLog
Comme prévu Avec Le Piégeur, attrapez 2 Survivants dans un piège à ours tout en les poursuivant. IconHelpLoading trapper 5 60,000 IconHelp archivesLog
DÉFIS GLYPHE
Fugitif des glyphes Communiez avec un Glyphes Bleus ChallengeIcon blueGlyph puis échappez-vous d'une partie 2 fois. ChallengeIcon glyph 5 60,000

Charme de Fin de Niveau[]

Icône Nom Rareté Description
DR 004 Sanctuaire de l'Observateur Ultra Rare Chaud et paisible, le seul danger est la monotonie de l'isolation.
Advertisement